Objectif 2016 : aider Gisimba


Le Centre Mémorial Gisimba est l’un des plus anciens centres d’accueil pour enfants au Rwanda. Il a été fondé par Melchior Gisimba dans les années 1970. Maître-maçon de métier ayant participé à l’édification de très nombreux édifices dans le pays, celui-ci a été touché par la pauvreté des jeunes et de leurs familles. Il commença par les accueillir dans sa propriété à Butare avec un dévouement sans égal.

En 1986, son petit-fils Damas prend la relève et forme un organisme sans but lucratif afin de poursuivre l’initiative de sa famille d’aider les enfants vulnérables, portant la capacité d’accueil à une soixantaine d’enfants. L’organisation se développe et obtient en 1990 une donation des bâtiments dans le District de Nyamirambo, ville de Kigali.

Pendant le génocide des Tutsis en 1994, Damas Gisimba Mutezintare a pu sauver la vie de 400 personnes qu’il a cachées dans le plafond des bâtiments du Centre et est de ce fait considéré comme un héros national.

A partir de 2012, le Centre de Gisimba, qui accueillait 125 enfants, a commencé à mettre en application la politique nationale d’intégration de tous les enfants par des familles d’accueil. Actuellement tous ces enfants ont été adoptés.

Avec l’assistance des différents partenaires, les enfants bénéficient désormais d’un soutien éducatif puisque le Centre a initié un programme pour le développement de l’enfant comprenant l’éducation et les activités récréatives. Les projets de sensibilisation dirigés par le Centre de Gisimba fournissent également des soins sociaux pour plus de 100 enfants de la communauté. Une partie des locaux du Centre a été louée pour héberger une école primaire. Ainsi 5 dortoirs ont-ils été transformés en salles de classe mais les bâtiments sont vétustes (vitres manquantes aux portes et fenêtres, portes de toilettes et de douches à changer, etc).

Pour le bon déroulement de ses activités le Centre a besoin de fonds en vue de :
- la réhabilitation des bâtiments en mauvais état
- la construction d’un terrain multisports (basketball et volleyball)
- l’édification d’une salle polyvalente (12m x 7m)

Nos réalisations


Dès 2001 Sonia Rolland et son association engagent un programme d’aide d’urgence en faveur d’une centaine d’enfants hébergés dans un centre d’accueil de la banlieue de Kigali, le Centre Amidor. Un second bâtiment d’accueil sera ensuite financé (en 2003) pour parer à la promiscuité.

Au quotidien, l’action de l’association permet en parallèle de soutenir les centres d’accueils pour enfants non accompagnés, d’aider les écoles et de permettre l’insertion professionnelle des orphelins adultes. L’association travaille pour cela en partenariat avec d’autres associations locales auxquelles elle vient en aide ponctuellement.

Maïsha Africa finance également l’achat d’un moulin et la construction d’une boutique épicerie (en 2005) permettant de structurer et d’améliorer le quotidien d’un village d’enfants «chefs de famille1» dans le district de Kamonyi au centre du pays, où 160 enfants ont trouvé un revenu régulier.

Dès 2007, les actions s’orientent vers la réhabilitation de logements, la fourniture de matériel de vie et d’équipement mobilier : en 2008, 16 maisons du village d’enfants de Kimironko sont ainsi réhabilitées et 20 équipées.

En 2009, ce sont 20 maisons dont la construction est lancée dans le village de Kinyinya.

En 2013, l’association s’est concentrée sur le projet d’agrandissement de l’école de Ntarama avec la création :
- de 3 salles de classe d’une école maternelle, financée grâce à une vente de vin aux Hospices de Nuits-Saint-Georges.
- d’un terrain multisport, financé par un don de la Fédération française de Basketball (FFBB). 

A l’occasion de son quinzième anniversaire, dont les festivités se tiendront le lundi 19 septembre 2016 lors d’un dîner de récolte de fonds, l’association souhaite venir en aide à l’un des symboles historiques du Rwanda : le centre d’accueil pour enfants de Gisimba.

Historique

1994

Le génocide perpétré au Rwanda laisse plus d’un million d’enfants livrés à eux-mêmes, privés de repères familiaux, en proie à la faim, à la peur, aux maladies et à l’isolement.

2000

Sonia Rolland devient la 70ème Miss France. C’est la première fois en France qu’une Miss d’origine africaine est élue.

2001

Au lendemain de son sacre, Sonia Rolland crée, avec sa mère rwandaise et entourée d’une trentaine de bénévoles, l’association «Sonia Rolland pour les enfants», aujourd’hui appelée Maïsha Africa afin de dissocier son image publique de son action caritative.

2015

Notre présidente, Sonia Rolland s'est vu attribuer le "Prix Spécial Humanitaire" lors du Trofémina à Paris.

2016

Maïsha Africa fête ses 15 ans d’existence.